Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Histoire

|

La communauté des Missionnaires de Notre-Dame des Anges (m.n.d.a.) fut officiellement reconnue en 1922. Plusieurs novices avaient déjà rejoint la jeune congrégation à partir de 1919. Incidemment, les Missionnaires de Notre-Dame des Anges (m.n.d.a.) furent en mesure d’accepter rapidement leurs premières charges dans le diocèse de Sherbrooke. En ce sens, dès 1919, elles assurent les tâches d’enseignement à l’école paroissiale de Lennoxville, jusqu’en 1925. De 1922 à 1931, les citoyens de Sainte-Edwidge confieront aux Missionnaires de Notre-Dame des Anges (m.n.d.a.) la direction de leur école paroissiale. Les sœurs endosseront aussi la gestion d’une autre école entre 1933 et 1940, celle de la paroisse Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus à Beebe.

En tant que communauté missionnaire, les religieuses ont grandement participé à l’animation missionnaire dans les paroisses du diocèse. Elles ont également été particulièrement actives pour animer la vie paroissiale de Sainte-Jeanne-d’Arc de Sherbrooke, dès sa fondation en 1921.  

Parallèlement aux œuvres d’enseignement et de pastorale, la communauté a aussi repris des Sœurs de la Charité de Saint-Hyacinthe (S.C.S.H.) l’œuvre de la Crèche Sainte-Élisabeth (1955 à 1966). Devenue la Garderie Ste-Élisabeth, elles ont accueilli dans cet établissement les enfants dont les parents ne pouvaient s’occuper pendant la journée. D’ailleurs, depuis 2005 et encore aujourd’hui, elles offrent un service d’accueil temporaire aux familles d’immigrants nouvellement installées dans l’archidiocèse de Sherbrooke.