Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Histoire

Noviciat des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus, Collection photographique des FCSCJ
Sœur Françoise des Cinq Plaie, [c. 1907], Collection photographique des FCSCJ
Sœur Appoline, [c. 1907], Collection photographique des FCSCJ
Sœur Marie-Clémence, [c. 1907], Collection photographique des FCSCJ
Sœur Anne, [c. 1907], Collection photographique des FCSCJ

|

La congrégation des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus, de droit Pontifical, a été fondée à La Salle-De-Vihiers, en France, par l’abbé Jean-Maurice Catroux et Rose Giet, en 1823. Cette communauté est l’une des nombreuses qui, suite à la promulgation de lois anticléricales en France en 1901 et 1904, décident de s’installer en Amérique. C’est ainsi qu’en 1905, la congrégation des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus s’installe à Newport au Vermont.

Deux ans plus tard, en 1907, la congrégation s’installe dans le diocèse de Sherbrooke pour prendre la direction de la Crèche de Magog. Puis, en 1909, à la demande de la Commission Scolaire de Magog, elles assurent la gestion du couvent Saint-Patrice, qui était jusqu’alors la propriété des Sœurs de Sainte-Croix. Entre 1909 et 1970, elles ouvrent plus d’une trentaine d’écoles paroissiales dans les villages et les villes du diocèse pour y enseigner principalement des formations d’une durée de sept années, mais aussi, si le nombre d’élèves le permettait, des formations pouvant durer jusqu’à la onzième année.

Au début des années 1940, les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus ouvrent plusieurs établissements scolaires privés non loin de leur maison centrale de la rue Bowen : le Scolasticat-École normale Saint-Sacrement (1940 à 1969), l’École normale Notre-Dame-du-Sacré-Cœur (1942 à 1969) et le Collège Notre-Dame du Sacré-Cœur (1945 à 1969). Elles acquièrent rapidement plusieurs bâtiments pour loger les nombreuses classes de ces trois établissements, soit la Villa Notre-Dame-de-l‘Assomption (1947 à 1969), le Pavillon Notre-Dame-de-France (1947 à 1969) et le Pavillon Rose Giet (1948 à 1969). Ces écoles privées offrent à leurs étudiantes une variété de cours passant de la maternelle à la onzième année, en plus du cours post-secondaire, préclassique, commercial bilingue et normal. La communauté cesse graduellement de diriger des écoles et d’enseigner à partir de la fin des années 1960 et début des années 1970. L’héritage de la congrégation des Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus dans le milieu de l’éducation persiste toutefois à travers les établissements qu’elles ont fondés et qui continuent d’instruire la jeunesse du diocèse.