Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Histoire

Carte postale représentant l’Institut des Sœurs Dominicaines des Saints-Anges Gardiens à Korcula en Croatie Chancellerie A8,SC10 Chemise 7
17 octobre 1953, arrivée des Dominicaines des Saints-Anges Gardiens à Sherbrooke. Dans le salon de l’archevêché Mgr Georges Cabana est entouré des religieuses Dominicaines, du Père Charles Janin, de prêtres et de mademoiselle Cavlov. Chancellerie A8,SC10 Chemise 7
Mgr Jean-Marie Fortier prenant un repas au chalet des Dominicaines des Saints-Anges Gardiens au Lac Desmarais, 1978 APA1438.002
Le costume des religieuses Dominicaines des Saints-Anges Gardiens 2011-007-26 009
Deux postulantes tenant un cierge en entrant dans la chapelle du couvent des Dominicaines des Saints-Anges Gardiens, à l’occasion d’une cérémonie de profession religieuse, 8 décembre 1958 Chancellerie A8,SC10 Chemise 7
Deux novices agenouillées devant un prêtre durant une cérémonie de profession religieuse dans la chapelle du couvent des Dominicaines des Saints-Anges Gardiens, 8 décembre 1958 Chancellerie A8,SC10 Chemise 7

|

La communauté des Dominicaines des Saints-Anges Gardiens a été fondée en 1905, dans la ville insulaire de Korčula en Croatie. Au début des années 1950, dans le contexte géopolitique en Croatie, la communauté religieuse se retrouve dans une situation précaire. Lorsqu'en 1952 l'abbé Roméo Demers, directeur de la Société de Réhabilitation, entreprend des démarches pour obtenir les services d'une communauté religieuse afin de contribuer aux œuvres de l’organisme, l'occasion et le contexte étaient favorables pour faire venir les Dominicaines des Saints-Anges Gardiens. Arrivées à Sherbrooke le 17 octobre 1953, les religieuses ont graduellement pris en charge différents services de soins, d'abord auprès des enfants puis ensuite auprès des personnes âgées.

De 1953 à 1965, elles ont œuvré à Val-du-Lac. Les religieuses établirent la première pouponnière en 1954. Entre 1955 et 1962, elles prennent en charge l’Hôpital Saint-Louis de Windsor. De 1965 à 1971, elles s’occuperont du Centre Notre-Dame de l’Enfant. C’est également pendant ces années que les Dominicaines des Saints-Anges Gardiens mettent sur pied le Foyer Saint-Frédéric à Windsor. À partir de 1971, elles accueillent leurs premiers pensionnaires au Mont Saint-Dominique, à Sherbrooke. Les sœurs opèrent également la Résidence Bienheureuse Hozanna entre 1980 et 1996 et la Résidence Sainte-Catherine-de-Sienne de 1981 à 1998.

Présentes à Sherbrooke et à Windsor, la communauté des Dominicaines des Saints-Anges Gardiens a œuvré pendant près de soixante ans dans l'archidiocèse de Sherbrooke. Le Mont Saint-Dominique sera finalement vendu en 2012. Les dernières religieuses quittent la région après la vente de leur couvent.

Cliquez sur ce lien pour une histoire plus détaillée de leurs contributions à l'histoire diocésaine: histoire_de_leur_presence_dans_larchidiocese