Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Crèche de Magog

C’est par Magog, en 1907, que les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus entrèrent au Canada.

Le curé de la paroisse Saint-Patrice, Charles-Édouard Millette, cherchait un lieu où les mères de familles pourraient déposer leurs enfants lorsqu’elles se rendaient travailler à l’usine de la Dominion Textile. Il demanda aux sœurs françaises, établies à Newport (Vermont) depuis 1905, d’ouvrir la Crèche de Magog.

C’est ainsi que le 1er octobre 1907, Sœur Saint-Didier avec quatre compagnes, les sœurs Marie-Clémence, Appoline, Françoise des Cinq-Plaies et Anne, vinrent prendre la direction de la Crèche. Mentionnons par ailleurs que, bien que l’appellation « La Crèche » ait désigné l’établissement, ce ne fut jamais vraiment un refuge pour bébés, mais plutôt un lieu d’hébergement pour les vieillards, les orphelins et les enfants du voisinage.  

L’œuvre de la Crèche connut une expansion considérable, si bien qu’en 1939, on y construit une annexe. Cette section devient l’hôpital La Providence, où l’on vit se déployer le zèle et la compétence de nombreuses Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus au fil des ans.