Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Hôtel-Dieu de Sherbrooke

Hôpital Hotel-Dieu, Collection photographique des Filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus
Groupe d’infirmières assistant à la messe, Collection photographique des Filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus

Bien installées à Sherbrooke depuis 1911, c’est en 1919 que le docteur Émile Noël approche les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus pour que ces dernières prennent en charge un petit hôpital de douze lits qu’il vient de mettre sur pied, l’Hôpital Noël, sur le terrain voisin de leur couvent de la rue Bowen.

En 1920, Mgr Paul LaRocque accepte que les religieuses prennent en charge l’administration de l’hôpital qui prend le nom d’Hôtel-Dieu de Sherbrooke en 1923. Les religieuses entrent en fonction en mars 1921 et y resteront pendant près de cinquante ans, sans toutefois jamais en être propriétaire.

Entre 1939 et 1943 commence la construction d’un nouveau bâtiment, situé sur la rue Murray à Sherbrooke. Dès lors, les religieuses prennent aussi la charge du Sanatorium Saint-François et de l’École des infirmières.


La communauté quitte officiellement l’Hôtel-Dieu de Sherbrooke en 1968.

Voici un extrait de la convention conclue entre les Filles de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus et l’Hôpital Noël en 1920:
« La Communauté des FILLES DE LA CHARITÉ DU SACRÉ-CŒUR sous la direction des médecins de l’Hôpital, se charge de la surveillance des garde-malades, de leur formation morale et professionnelle, du soin des malades, de la pharmacie, du laboratoire, de la salle d’opération et de tous autres départements qui existent actuellement ou qui pourront être créés à l’avenir. […] Elles se chargent aussi, sous la direction des propriétaires de l’Hôpital, de la cuisine, de la buanderie, de la lingerie ainsi que du ménage et de l’entretien général de l’Hôpital. »

Document intégral ici