Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Méthode dynamique

Application de la méthode dynamique, Collection photographique des Filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus
Manuels scolaires utilisées pour l'enseignement de la méthode dynamique, Collection photographique des Filles de la Charité du Sacré-Coeur de Jésus

La Méthode dynamique, d’abord nommée Méthode globale active, est une méthode pédagogique pour l’apprentissage de la lecture. Elle a été créée par sœur Renée du Saint-Sacrement qui commença son développement en 1942. Elle consiste, en résumé, à apprendre la lecture aux enfants en leur faisant discerner en premier la phrase, puis les mots et finalement les lettres. Cette méthode innovatrice sera reconnue par le Département de l’Instruction publique en 1953 après les premières années de recherche et d’expérimentation qui produisirent des résultats encourageants. Ce sera aussi le début des formations données aux professeurs qui souhaitent utiliser la méthode dans leur classe ainsi que du développement de matériel pédagogique. Ces activités, pour répondre à la demande grandissante, seront prises en charge par le Centre pédagogique dynamique. Sœur Renée et ses collaboratrices continuent leurs recherches parallèlement à l’expansion de la méthode qui rayonne non seulement en Estrie, mais également à plusieurs endroits au Québec ainsi qu’au Canada et dans d’autres pays. La renommée de la Méthode dynamique contribuera ainsi à la réputation des Filles de la Charité en matière d’éducation.

La Méthode dynamique a bien traversé les réformes qui ont secoué le système d’éducation québécois dans les années 1960. En effet, alors que la formation des maîtres devient la responsabilité des universités, des sœurs iront transmettre leur expertise en tant que chargées de cours dans la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Le Centre de pédagogie dynamique assurera quant à lui ses fonctions de diffusion jusqu’en 2003.