Contribution des communautés religieuses à l’histoire de l’archidiocèse de Sherbrooke

Couvent Notre-Dame-du-Rosaire (Danville)

Deux religieuses de la Congrégation de Notre-Dame arrivent à Danville en 1906 pour s’installer au couvent Notre-Dame-du-Rosaire. Elles viennent à la demande du curé Joseph-Euclide Hébert afin d’assurer l’éducation des jeunes filles de la paroisse. Lorsqu’elles arrivent, la construction du couvent n’est pas terminée, et elles logent chez le sacristain de la paroisse. Le 4 janvier 1908, lorsqu’elles s’installent dans le couvent, les religieuses sont accompagnées des six premières pensionnaires. Au cours des premières années de son existence, l’établissement ne compte qu’une seule classe. L’enseignement dispensé par les sœurs est d’abord centré sur l’apprentissage de la langue française et de la religion catholique, puis il est diversifié pour inclure les cours primaire et secondaire et l’enseignement de l’anglais. Le nombre d’élèves croit considérablement au cours des années qui suivent et, en 1928, 160 écolières, dont 28 pensionnaires, fréquentent le couvent. Au cours de l’année 1942-1943, l’établissement compte 79 pensionnaires.

L’institution connaît cependant des difficultés au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Malgré l’admission de garçons à partir de 1967, on est contraint de le fermer définitivement en 1976. En 1991, le bâtiment devenu vacant est ravagé par un incendie et la municipalité procède à la destruction des ruines que les flammes ont épargnées. Bien qu’il soit disparu du paysage de Danville, le couvent Notre-Dame-du-Rosaire a profondément marqué l’histoire de cette municipalité et a survécu dans la mémoire de plusieurs de ses anciennes élèves.

Dès 1930, des anciennes du couvent ont fondé l’Amicale Notre-Dame-des-Vallons. En 1956, les membres de ce groupe ont grandement contribué à la célébration du jubilé d’or du couvent. En 1996, soit 90 ans après la fondation de cet établissement scolaire et 30 ans après sa fermeture, une journée de retrouvailles a été organisée à Danville au centre funéraire situé sur les lieux de l’ancien couvent. Le dévouement et le travail des sœurs de la Congrégation de Notre-Dame ont été soulignés dans le cadre d’une cérémonie témoignant de l’importante contribution de cette communauté dans l’histoire de Danville.